Skip to main content
16 Fév 2012

Break the Chains

Une application mobile, un site dédié et des réseaux sociaux. La nouvelle opération de prévention de l’Office fédéral de la santé public à destination de la communauté gay suisse se veut principalement digitale.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 80% des personnes infectés par le VIH le sont par 13 % de séropositifs qui s’ignorent. La banalisation de la maladie suite aux trithérapies, l’arrivée de nouvelles générations de gays n’ayant pas connu l’hécatombe des premières années du sida ont multipliés les comportements à risque et par conséquent le taux de virémie dans notre pays. Autre constat inquiétant : Il est aujourd’hui établi que, pendant les trois premiers mois de l’infection, les personnes sont jusqu’à 100 fois plus infectieux que par la suite. Partant de ces constats, l’Office fédéral de la santé public (OFSP) a revu sa politique de communication. Car après les premières campagnes demandant des changements de comportements (jamais sans préservatif), puis la réponse médicale avec les trithérapies, la mobilisation de la communauté gay a été plus difficile.

Aujourd’hui ce sont les mathématiques qui apportent une nouvelle lueur d’espoir. Quelle nouvelle piste nous révèle les chiffres?

Qu’il suffirait de briser la chaine de la transmission du virus un mois par an pour que la charge virale communautaire baisse et rendre ainsi le milieu gay plus sûr. Le taux d’infection baisserait de manière significative. Plus besoin dès lors de demander des efforts sur du long terme!

C’est donc pour faire passer ce message, que l’OFSP et ses antennes Check Point ont invité diverses agences en Suisse pour imaginer une campagne. C’est l’agence Etienne & Etienne de Genève qui a remporté ce mandat.

Une campagne à 360°

Ce qui a séduit avec le concept proposé par l’équipe Etienne Francey, fondateur de cette agence, c’est qu’il reposait sur des personnalités de la communauté. « La question du dépistage reste taboue. Même au sein des couples gay, 70% reconnaissent avoir des aventures. Mais la notion de risque est devenue diffuse. C’est pour cela que nous avons voulu impliquer des personnes à la campagne afin d’utiliser l’effet viral pour diffuser le message de prévention. Autre axe important: nous avons tablé sur le mobile et le web pour informer de manière ludique et non culpabilisante. »

Concrètement, durant tout le mois d’avril, une application mobile (iPhone et android), un site dédié et une page sur Facebook permettront à tous les gays d’évaluer leur comportement sexuel et de renouer avec des messages de prévention. L’idée étant de limiter pendant un mois tout rapport non protégé et de proposer un test de dépistage après cette période.
Les ambassadeurs de cette campagne se retrouvés chez Freestudios pour le shooting photos et l’enregistrement de vidéos. « Nous avons choisit ces 21 personnes en fonction de leur réseau personnel et de leur charisme. Elles provenaient de toute la Suisse puisque la campagne est nationale. »

Des affiches et des annonces sont également diffusées dans des établissements et la presse gay. « Nous voulons toucher un maximum de personnes. Un mois pour « Break the Chain » (slogan de la campagne) est un enjeu réaliste et réalisable. »

Genève

Rue Saint-Joseph 30
1227 Carouge / Genève

022 544 12 12

Berne

Kapellenstrasse 7
3011 Bern
031 992 12 12

E-mail

mail@EtienneEtienne.com

Entrées des artistes

art@EtienneEtienne.com